par Rémi Chaussenot
le 27 octobre 2018

Lancé il y 7 mois, l'objectif de mon blog était double. D'une part, je voulais vous apporter des informations de qualité sur le neurofeedback, mais aussi et surtout, je voulais me documenter sur le sujet. C'est souvent peu abordé, mais les vulgarisateurs apprennent aussi beaucoup suite à leur travail et c'est cette envie d'apprendre qui m'a poussé à me lancer.


Merci à tous !
Merci à tous !

Sur cette existence, je peux vous donner quelques statistiques :

  • les articles ont totalisé plus de 9 000 lectures ;
  • mis bout à bout, ils font 100 pages au format A4 ;
  • l'article le plus populaire est "Trouver, accèder, lire, traduire et comprendre la science", notamment grâce au groupe Zététique où il a été partagé ;
  • 150 e-mails ont été reçus via mon formulaire de contact ;
  • j'ai rencontré plusieurs d'entre vous pour parler / présenter le Neurofeedback et suite à cela, trois ont suivis la formation de l'Institut Neurosens (plutôt que celle de NeurOptimal) ;
  • j'ai été contacté par des fonds d'investissements pour discuter des preuves scientifiques du Neurofeedback et de la solution Mensia Koala ;
  • j'ai gagné 0€ par ce blog.


Depuis mars, beaucoup de choses ont changé, dans mon approche du Neurofeedback et dans la compréhension que j'ai de cette technique. Ma rencontre avec Ruben Perez et Thomas Feiner a été très enrichissante et je suis justement en train de rédiger un article/interview de Thomas et de sa certification IFEN (une version améliorée de celle de la BCIA) car il me semble important que les français connaissent ce qui se fait ailleurs dans le monde. Je nourris aussi secrètement l'espoir de pouvoir vous interviewer Thomas F. Collura de Brainmaster, car à mon avis, ce serait aussi très intéressant.

Mais ce qui a réellement changé, c'est NeurOptimal. J'ai eu énormément de critiques et de mail me certifiant que le NeurOptimal était du Neurofeedback, qu'il était appuyé par des preuves scientifiques, etc... J'ai passé du temps à défendre ma position basée sur les preuves et à tomber face à des discours vides de preuves et bourrés de biais argumentatifs.

Aujourd'hui, grâce à vous (enfin, une source anonyme), je peux enfin vous l'affirmer : NeurOptimal change sa communication, reconnait l'efficacité thérapeutique du Neurofeedback et reconnait qu'il n'est rien de tout cela. Enfin, d'après un représentant et instructeur NeurOptimal.

NeurOptimal n'est pas du Neurofeedback
NeurOptimal n'est pas du Neurofeedback

Dans cet e-mail, cinq éléments sont abordés :

  • NeurOptimal aurait été "évalué" par la FDA ;
  • Le Neurofeedback est une pratique thérapeutique ;
  • NeurOptimal est une pratique de "bien-être" (va savoir pourquoi les guillemets) ;
  • Nous devons à présent appeler la technique sous-jacente à NeurOptimal comme étant du "Dynamical Neurofeedback" ;
  • NeurOptimal s'engage à arrêter d'utiliser les études scientifiques concernant le Neurofeedback pour promouvoir sa propre solution.

Alors, vous me connaissez à présent, passons cela au peigne fin.


Évaluation du NeurOptimal par la FDA

Site Web de la FDA
Site Web de la FDA

La FDA, c'est la Food and Drug Administration, administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments. D'après Wikipedia (qu'on aime, hein), "cet organisme a, entre autres, le mandat d'autoriser la commercialisation des médicaments sur le territoire des États-Unis".

Et là, c'est le premier mur que je me suis mangé. Pourquoi un organisme qui gère les médicaments et la bouffe s'intéresserait-elle à NeurOptimal ? Je veux dire, regardez le site internet de la FDA. Il y a des onglets pour la nourriture, les médicaments, les appareils médicaux et pleins d'autres trucs très sérieux.

Quand je lis la page Wikipedia anglaise de la FDA (mieux détaillée), je ne trouve rien concernant une classification qui pourrait correspondre à NeurOptimal.

Mais je vais être honnête : ça ne me paraît pas extraordinaire que NeurOptimal ait été "évalué" par la FDA : cette administration est peut-être plus vaste que ce que je pense et il faut définir précisément ce que cette "évaluation" implique. C'est peut être juste de la paperasse pour dire que c'est sans danger, sans présumer d'une quelconque efficacité. C'est tout à fait possible. Alors, j'ai fouillé le site internet de NeurOptimal. Rien. Nada. Par contre, j'ai remarqué qu'ils avaient retiré leur onglet "Research" du site (bien que les pages soient toujours en ligne en utilisant leur moteur de recherche) et leur communication a été changée.

J'ai quand même joué sur le site de la FDA, en entrant "NeurOptimal", "Zengar" et "Neurofeedback" un peu partout, mais je suis tombé invariablement sur le message "no records were found with Device: neuroptimal Decision Date to 10/27/2018 "... donc voilà.

J'ai quand même continué mon investigation sur Internet, parce que jusqu'à présent, tous les documents que je possède stipulent bien que NeurOptimal n'a pas été évalué par la FDA (à des fins médicales).

On trouve encore sur Internet, notamment sur le site de l'ADNF, aujourd'hui, ce genre de formulaire de consentement :

NeurOptimal et FDA (avant)
NeurOptimal et FDA

En creusant un peu, j'ai cependant trouvé ce document qui semble être le seul à aborder l'agrément de la FDA vis à vis de NeurOptimal :

NeurOptimal serait un appareil de relaxation
NeurOptimal serait un appareil de relaxation

Ici, il est fait mention que NeurOptimal a reçu l'accord de la FDA pour une utilisation en relaxation. On est un peu loin de mes précédents articles, où je notais que la communication de NeurOptimal prônait sa capacité à soigner tout un tas de pathologies. Et j'avais d'ailleurs, dans cet article, soulevé que NeurOptimal pouvait faire office d'appareil de relaxation, comme on demande à la personne d'être calme. J'aime quand on me donne raison, petite pensée émue pour le moi d'hier qui a bien bossé.

NeurOptimal va vous sauver de toutes les maladies (site web de Jan Yordy)
NeurOptimal va vous sauver de toutes les maladies (site web de Jan Yordy)

Ce document est le flyer d'une conférence donnée par Jan Yordy, qui possède un double master d'assistante sociale et d'éducation -elle n'est donc ni médecin, ni scientifique- lors de la 20e conférence annuelle canadienne de psychologie énergétique. Est-ce que c'est un truc sérieux ? Si vous voulez :

  • suivre des séances de toucher guérisseur ;
  • apprendre à vous diagnostiquer et guérir grâce à vos rêves ;
  • vous éveiller à votre câblage énergétique interne ;
  • vous former à la radiesthésie (capter les "énergies" qui nous entourent, un gros bullshit newage) ;
  • communiquer avec votre âme ;
  • ou encore.... parler de l'ADN quantique....

Ben, vous êtes au bon endroit. Mais ce n'est pas un endroit pour moi. Je suis trop jeune pour me suicider suite à une perte complète de foi en l'humanité devant ces conférences.

Puis, sur le site de Yordy, elle présente le NeurOptimal comme une technique qui va vous guérir de tous les maux, avec bien évidemment, sur la droite, votre panier, car Yordy, elle est là pour vous vendre des choses, avant tout.

Donc, ce n'est pas très sérieux.

Mais je l'ai dit plus haut : sincèrement, je ne pense pas que NeurOptimal mente sur l'évaluation du NeurOptimal par la FDA. Mais à mon avis, elle la survend, donc il est important de comprendre précisément en quoi cela consiste et quelles en sont les modalités.

Cependant, il faut bien comprendre qu'en utilisant un moteur de recherche avec les mots clefs "NeurOptimal" et "FDA", on tombe invariablement sur des sites qui parlent du fait que la FDA a reconnu le neurofeedback comme efficace dans la gestion du stress. Le gros problème, c'est que tous ces sites partagent la même phrase copiée/collée (après tout, ils font déjà pareil avec leurs "témoignages d'utilisateurs".....) :

Difficile recherche....
Difficile recherche....

Ce qui donne en version complète, une fois que l'on se rend sur ces sites :

The U.S. Food and Drug Adminstration has approved neurofeedback for relaxation training and the American Pediatric Academy has endorsed neurofeedback as a “Level 1/Best Support” treatment for children with ADHD. (...) Because neurofeedback has been time-tested, it is also very safe. Respected institution such as the U.S. FDA and the American Academy of Pediatrics have endorsed neurofeedback.

Le problème, c'est qu'à ma connaissance, la FDA n'a pas approuvé le Neurofeedback (en revanche, le Biofeedback est soumis à régulation et la base NeuroGuide d'EEGq est approuvée ainsi que beaucoup de matériels de EEG-(Neurofeedback)). Ce serait NeurOptimal qui serait approuvé pour la relaxation. Par contre, l'Académie Pédiatrique Américaine a bien reconnu que le neurofeedback était une thérapie de choix pour le TDAH. Donc, on a une phrase qui mélange allègrement le NeurOptimal et le Neurofeedback et le représentant de Zengar nous le dit : ce n'est pas la même chose.

Donc j'étais un peu perdu, à ce moment. Mais au cours de mes recherches, je suis tombé sur un brouillon de la FDA qui parle d'une nouvelle catégorie de produits intitulé : "Bien-être général : Politique sur les matériels à faible risque -- Ligne directrice à l'intention de l'industrie et du personnel de la FDA". C'est un document daté de mi-2016, qui aborde des lignes directrices pour les produits de bien-être :

Le CDRH définit les produits de mieux-être généraux comme des produits qui satisfont aux deux facteurs suivants : (1) sont destinés uniquement à des fins de mieux-être général, tel que défini dans cette notice et (2) présentent un faible risque pour la sécurité des utilisateurs et des autres personnes. Les produits de mieux-être généraux peuvent comprendre de l'équipement d'exercice, des enregistrements audio, des jeux vidéo, des logiciels, programmes et d'autres produits qui sont généralement, mais pas exclusivement, disponibles auprès de les établissements de vente au détail.

CDRH (une branche de la FDA)

Plus loin, est précisé :

"La première catégorie d'utilisations prévues du mieux-être général concerne les allégations relatives au maintien ou à l'amélioration générale des fonctions associées à un état de santé général qui ne font aucune référence à des maladies. Aux fins du présent document d'orientation, la présente la première catégorie d'allégations est :

  • la gestion du poids,
  • la condition physique, y compris les produits destinés à un usage récréatif,
  • la relaxation ou la gestion du stress,
  • l'acuité mentale,
  • l'estime de soi (p. ex., les appareils à fonction cosmétique qui font des allégations liées uniquement à la l'estime de soi),
  • la gestion du sommeil, ou
  • la fonction sexuelle."

BINGO ! Je venais de trouver une nouvelle preuve : un document de la FDA qui parle de relaxation. Donc nous avons la définition d'un produit "Bien-être général", maintenant, la partie sur "les matériels à faible risque" :

"La politique générale du CDRH en matière de mieux-être ne s'applique qu'aux produits de mieux-être généraux à faible risque. Si la réponse à l'une des questions suivantes est OUI, le produit n'est pas à faible risque et n'est pas couvert par la présente ligne directrice.

  • Le produit est-il invasif ?
  • Le produit est-il implanté ?
  • Le produit implique-t-il une intervention ou une technologie qui peut poser un risque pour la sécurité des utilisateurs et d'autres personnes si des contrôles réglementaires spécifiques ne sont pas appliqués, tels que les risques liés aux lasers ou à l'exposition au rayonnement ?

NeurOptimal n'étant pas invasif, ni implanté, et n'utilisant aucun laser ou rayonnement, il correspond pour moi parfaitement à cette définition.

Donc, NeurOptimal, selon la FDA, serait un produit de "bien-être général à faible risque".

Sauf que voilà, en cherchant sur Internet, par exemple sur ce site ou sur celui-là, on peut y lire : 

La FDA a finalisé une directive indiquant qu'elle ne prévoit pas d'examiner les "produits de bien-être général" à faible risque, tels que les moniteurs de forme physique portables ou les suiveurs de sommeil et ne les obligera pas à se conformer aux exigences réglementaires avant et après la mise en marché.

Regulatory Affairs Professionals Society

J'ai continué à creuser et je suis tombé sur ce document, une présentation de 40 diapositives sur ce type de produit, qui semble aller dans le même sens : il n'y a pas besoin de déclaration à la FDA.

Et ne l'oublions pas : en tant que Français, les décisions de la FDA ne nous concernent pas. L'Europe a souvent des politiques plus strictes que les USA. Donc c'est un indice, une piste, en aucun cas une preuve. Car entre l'approche américaine et notre approche d'européen, il peut y avoir un monde.


Ici, j'étais perdu. NeurOptimal certifie que le produit est évalué par la FDA et après mes recherches, je trouve que cette catégorie de produit ne nécessite pas d'évaluation...

....

...

....

Ben, du coup, j'ai demandé directement à la FDA, en leur envoyant un e-mail.

Comme nous l'avons vu dans l'article que j'ai fait en collaboration avec l'AAPB, les américains ne rigolent pas trop. J'ai dû signer un papier m'engageant au niveau juridique avec l'AAPB et dans le mail de la FDA que j'ai reçu, est précisé en bas :

Cette communication est destinée à l'usage exclusif du ou des destinataires nommés dans cette correspondance. Il peut contenir des renseignements qui sont protégés, privilégiés ou confidentiels, et il ne devrait pas être modifié. Il ne peut être diffusé, distribué, reproduit ou copié à des personnes non autorisées à recevoir ces informations.

FDA

Donc je vais partir du principe que je n'ai pas le droit de vous montrer une copie du mail que j'ai reçu.

Ce que je peux en revanche faire, c'est vous communiquer le texte de mon mail et l'adresse e-mail à laquelle je l'ai envoyé, pour que vous fassiez aussi votre démarche. J'ai échangé deux courriers avec la FDA et j'ai obtenu dans les deux cas, une réponse en 24h chrono. Ils sont plus efficaces que certaines administrations françaises....

J'ai envoyé un e-mail à la Division de l'industrie et de l'éducation des consommateurs dont leur adresse e-mail est présente sur cette page et envoyé ce texte :

Information about NeurOptimal device (by Zengar)

Hello,

I am looking for information about the NeurOptimal material (https://neuroptimal.com) of the company Zengar. It would have been evaluated by the FDA as a relaxation device.

Could you give me a link to check if the FDA has actually evaluated the NeurOptimal and what are your conclusions? In addition, is it an assessment of its effectiveness, or simply a statement of its safety?

Thank you,

Sincerely,

Rémi Chaussenot

La réponse que j'ai reçue, concorde avec mes recherches : Je n'ai pu trouver aucune information concernant le dispositif NeurOptimal dans aucune de nos bases de données publiques sur les dispositifs médicaux, y compris la base de données Enregistrement et liste. Donc, ce n'est pas une surprise, NeurOptimal n'est pas un appareil médical et la FDA ne gère que cela.

La personne me propose de soumettre une demande Liberté d'Information, mais cette demande étant payante, je vais passer mon tour.

Ce que je vous propose, dans mes articles, c'est de regarder les preuves et d'en discuter. J'ai apporté quelques éléments confrontant les dires de NeurOptimal à la réalité de la FDA, à vous de vous faire votre propre opinion, maintenant.

Mais voilà, de mon point de vue, NeurOptimal, c'est -au mieux- de la relaxation. Prenez des cours de méditation, un bon bouquin où allez vous faire masser dans un spa. Le prix sera moindre et vous serez tout aussi relaxé ;-)


Le Neurofeedback est une pratique thérapeutique (NeurOptimal ne l'est pas)

Là, c'est le deuxième gros morceau, NeurOptimal reconnait les bienfaits thérapeutiques du Neurofeedback. "Thérapeutique" réfère à une "partie de la médecine qui s'occupe des moyens - médicamenteux, chirurgicaux ou autres - propres à guérir ou à soulager les maladies" (Larousse). C'est donc un mot adossé à la médecine, basée sur la science. Si en France, le Neurofeedback n'est pas reconnu comme étant de la médecine (on ne soigne pas, on n’établit pas de diagnostique et on ne pratique pas la médecine), nul doute qu'au vu de l'avancé des recherches scientifiques, cette pratique va gagner ses lettres de noblesses et j'espère qu'un jour, des diplômes / formations seront imposés pour pratiquer le Neurofeedback. Ne serait-ce que pour protéger le patient, voir permettre le remboursement -fut-il partiel- de l'entrainement par Neurofeedback.

Par contraste, le NeurOptimal se présente comme une pratique de "bien-être". Moi, quand on me parle de bien-être, je pense à une personne allongée avec deux rondelles de concombres sur le visage avec quelqu'un en train de la masser. Voir, à moi dans le sauna, à me demander comment je fais pour survivre à 90°C dans une atmosphère ultra-pauvre en eau. Et à me dire qu'il faudrait que j'essaie la cryothérapie corps entier à -145°C (au passage, c'est une vraie pratique médicale du traitement des douleurs chroniques, donc relaxante), pour voir ce que ça fait de se manger un delta de température de 235°C. La relaxation, c'est un peu ça, pour moi. Tu passes du bon temps, tu décompresses, tu es plus reposé à la sortie. Mais si tu étais TDA à l'entrée, tu es TDA à la sortie. De même pour les épileptiques.

Donc c'est chouette, je vais arrêter de recevoir des mails insultants me disant que je ne raconte que des conneries sur le NeurOptimal. Enfin, je touche du bois et je croise les doigts.


NeurOptimal est du "Dynamical Neurofeedback"

Dépôt de la marque Dynamical Neurofeedback
Dépôt de la marque Dynamical Neurofeedback

J'ai retrouvé le dépôt de marque pour le "Dynamical Neurofeedback". Ce n'est pas nouveau, cela date de 2011 et Zengar est gentil car il précise qu'il ne revendique pas l'usage exclusif du mot "Neurofeedback". On n'est pas passé loin de la catastrophe !

Ne validez pas la conspiration pour justifier votre manque de connaissance, svp
Ne validez pas la conspiration pour justifier votre manque de connaissance, svp

Donc à la limite, moi je vous dirais, pourquoi pas. Zengar est la seule entité à parler de "neurofeedback dynamique" et de "neurofeedback linéaire". Il se vante d'être le "premier neurofeedback dynamique", mais bon, vu que c'est le seul, c'est facile. Des théories farfelues sur le net, il y a en des milliers

En général, quand je commence à discuter avec ces gens, je finis par me faire insulter et traité de scientifique qui est parti prenante dans un complot global où les scientifiques essaieraient de discréditer ces théories "novatrices". La personne ne parlant pas anglais et n'ayant jamais lue un article scientifique de sa vie (mais elle pense qu'elle a des informations pertinentes pour les scientifiques, alors qu'elle n'a même pas lu leurs écrits), voilà quoi.... et elle a écrit un bouquin. Comme quoi, les bouquins, je le disais ici, ce n'est pas une preuve de qualité.

Encore une fois, tout ce que je vous propose, dans ces articles ou quand je discute avec vous : c'est de regarder les preuves et d'en discuter. Une preuve, c'est une expérience en conditions contrôlées, que l'on peut analyser objectivement. Ce n'est pas les dires de quelqu'un, même s'il est scientifique. C'est un argument d'autorité, une figure rhétorique de manipulation

Dans cet exemple, entre la théorie largement démentie par la science (électromagnétisme et ADN), l'approche conspirationniste (les dogmes de la science sont faux), l'absence de preuve de ce qu'elle avance, la conspiration de big pharma, ou encore la méthode de connaissance non basée sur les preuves.... ce fut un tiercé gagnant.

Vous savez, je suis un mec gentil, mais je suis aussi direct et franc. Je n'ai pas de temps à perdre, ni de temps à vous faire perdre. Si vous voulez être crédible : apportez des preuves. Lisez les études scientifiques. Sans ça, vous allez raconter des conneries quoiqu'il arrive, sincèrement.....

Malgré tout, la personne est restée, cette fois-ci, assez polie. Je lui souhaite de continuer à travailler, en se basant sur la science pour affiner ce qui est actuellement une opinion, nourrie aux fake news. Tout n'est peut-être pas bon à jeter dans les 200 pages de son bouquin.

Même si ici, c'est un cas extrême, ben....

Dans le sujet qui nous intéresse, on est face à Zengar qui vend une machine qui se repose sur un concept non vérifié par la science (car ils ne communiquent pas dessus, facile, impossible de construire des preuves pour ou contre) et qui est persuadé de sauver le monde. Vous voyez le parallèle avec le cas précédent ?


Il y a quand même un petit quelque chose qui me dérange dans cette notion de "neurofeedback dynamique". Vous savez, c'est comme l'expression française "vaccin homéopathique".

Dans un cas, on a le vaccin qui est une avancée scientifique extraordinaire qui a sauvé et sauve encore, des millions de vies par an. De l'autre, on a un "vaccin homéopathique" qui n'est qu'un carré de sucre. Il y a donc accolement d'un terme scientifique extrêmement précis, avec un autre mot inventé, qui change complètement la signification de l'expression entière. Et franchement, si ce n'est pas pour induire les personnes non-scientifiques en erreur, je ne sais pas ce que ça peut être. Pour moi, c'est réellement de la malhonnêteté intellectuelle que d'utiliser ce genre de pratique argumentative. NeurOptimal ne repose pas sur les principes du Neurofeedback, il n'est pas du Neurofeedback, pourquoi s'acharner alors à utiliser ce mot dans leur communication si ce n'est pour essayer d’embrouiller les gens et de tenter de profiter de l'efficacité clinique du Neurofeedback ?

Compte Twitter de NeurOptimal
Compte Twitter de NeurOptimal

Et d'ailleurs, j'ai un peu fouillé la communication de NeurOptimal et la confusion est encore aujourd'hui, savamment entretenue, comme on peut le voir avec ces exemples très récents de la page Twitter de NeurOptimal. Autant vous dire, que le hashtag #Neurofeedback est utilisé abondamment, alors même que, ce n'est plus censé être le cas.


Conclusion

Un élément à garder bien en tête : méfiez-vous du marketing des entreprises. Confrontez leurs allégations à la réalité. Les mots ont un sens, surtout en marketing où c'est leur métier. Si on vous dit qu'un produit a été "évalué", demandez-vous :

  • est-ce la non dangerosité qui a été évalué ?
  • est-ce les bénéfices apportés ?
  • est-ce les preuves scientifiques ?
  • est-ce simplement le discours marketing ?

Dans le cas présent, j'ai l'impression que c'est simplement le discours.....


Pendant la rédaction de cet article, j'ai été contacté par une personne, qui recherchait des conseils, car elle ne voulait pas acheter sa "machine" à l'institut de formation de Neurofeedback où elle avait suivi la formation. Il m'a fallu quelques mails et un peu d'insistance pour faire avouer à cette personne que sa "formation en neurofeedback" avait été faite chez Zengar et que donc, elle n'était absolument pas formée au Neurofeeback, mais uniquement à l'utilisation de NeurOptimal. Elle même étant persuadée de réellement être formée au Neurofeedback.

C'est triste et je m'en sens désolé pour cette personne. Comme je le disais dans un précédent article, en général, les gens qui pratiquent le NeurOptimal veulent vraiment aider, ils ont juste été mal conseillé.


Aller, je suppose, que pour bien conclure cet article, si vraiment je voulais être pointilleux, je vous publierai une capture d'écran de la page d'accueil du site de cette personne qui écrit noir sur blanc "aujourd’hui nous devons absolument dissocier le Neurofeedback qui est une pratique thérapeutique, du Neurofeedback dynamique qui ne concerne que NeurOptimal®, pratique de « bien-être »."

ILND, le 27 octobre 2018
ILND, le 27 octobre 2018

Whoups....

R.



Vous avez aimé cet article ? Alors soutenez le blog et partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons* ci-dessous :

Adresse de l'article :
http://chaussenot.net/neuroptimal-avoue-enfin-ne-pas-etre-du-neurofeedback

Twitter Facebook Google Plus Linkedin

* Ces boutons de partage sont respectueux de votre vie privée et évitent le tracking par les réseaux sociaux.